Avertir le moderateur Les blogs du Téléthon sont hébergés par blogSpirit Téléthon 2015 header

22 décembre 2007

Mon Otto-mobile (5) - Du Design SVP !

Vous allez dire que j'insiste,
moi je dirai que je persiste
et que je signe,
mais quand on choisit un caddie,

... le choisit-on comme on choisit une voiture ?
en regardant d'abord la beauté de la chose,
le Design, quoi !

... Ou bien la fonctionnalité !?

Et encore,
la beauté de la chose …
Pour un caddie !


Bref,
la couleur, passe encore,
mais,
des phares et des clignotants !!


Honnêtement,
à quoi cela sert ?


A éclairer me direz-vous !
certes,
donc comme pour une voiture,
à voir et à être vu !

Bien, partons sur cette base.
Alors expliquez-moi,
Monsieur le Supertechnicien,
Pourquoi les phares sont situés derrière mes jambes
et éclairent mes jolis mollets ???


Pourquoi les clignotants,
effet du Design sans doute,
sont placés à l'horizontal,
donc dépassent de chaque côté du caddie,
donc sont tous les deux cassés !


Et puis tout cela
est - de - série ! !
... Oui, comme sur une voiture !

En clair,
que l'on s'en serve ou pas !
que cela soit utile ou pas !
ON LE PAYE !


... Enfin, pas nous,
vous !
les associations, les employeurs …
ceux qui font des dons ...


Meuh ! Meuh !
Vaches à lait que nous sommes

Eh oui, on y revient.

Alors qu'il suffirait juste
de les mettre en option.


- On en veut, on trouve cela utile (?),
on le paye
- On n'en veut pas, on a le choix
c'est notre droit.
on ne le paye pas !


Et on réduirait ainsi la facture, non ?

… La comparaison avec une voiture
ne s’arrêtant pas là,

Il y a la calandre,
car il faut bien l’appeler comme cela
avec son beau pare-choc
où sont encastrés ces jolis clignotants
qui, accessoirement, font
office de warning,
des fois que je tombe en panne,
en attendant la dépanneuse
que je risque d’attendre longtemps
évidemment !

mais,
de la déco, rien que de la déco !
çà oui !
Mais n’accrochez rien sur le pare-choc,
m’a dit mon revendeur,
ce n’est pas fait pour cela,
cela ne tiendra pas
ce n’est que du design !
oui mais que l’on PAYE !

J’ai aussi une superbe ceinture,
mais ventrale
Donc pas vraiment efficace.
On en voudrait même pas sur une voiture
Trop dangereux en cas d’arrêt brusque.
Cela peut faire rire évidemment,
Une ceinture de sécurité,
sur un caddie !?
Mais à 10 Km/h,
Vitesse maxi autorisée,
je peux vous garantir qu’en cas d’arrêt,
sans ceinture,
c’est la propulsion assurée,
dans le genre catapulte
c’est de première qualité !
Alors pourquoi ne pas remplacer cette ceinture
par un système de harnais,
comme sur les sièges d’enfants,
comme la ceinture trois points
d’une voiture …
Mais non,
Le SuperTechnicien n’a pas testé.
Il faut se mettre en condition pour cela,
en condition correcte,
à condition …
d’être handicapé !

Sur certains caddies
vous avez droit,
enfin,
je pense en y mettant le prix
(Meuh ! Meuh !)
à une ceinture à enrouleur !
j’ai cru rêver en la voyant,
j’en ai même presque pleuré
en essayant de la boucler
(la ceinture !),
car comme sur une voiture,
si on tire trop dessus,
elle se bloque !
Quoi de plus facile à mettre
quand on est déficient musculaire,
mais sûrement pas le SuperTechnicien
qui a testé ( ?) et validé !

Meuh ! Meuh !
Vaches à lait que nous sommes
Rien ne les arrête.
Ce n’est pas vraiment fonctionnel,
peu importe puisque c’est Design
et que cela se vend !

Mon Otto-mobile (4) - Arrête ton char Benhur !

Arrête ton char Benhur … tu rayes la plinthe !

Il est vrai que j'ai rarement vu pareil équipement,
excepté dans deux films.
Dans l'un des premiers James Bond
et dans le célébrissime Benhur
au cours de cette fameuse course de char …

Mais où veut-il en venir ?
Patience, vous l'allez comprendre …


Comme tout caddie qui se respecte,
Pour se déplacer, il faut des roues.
et autour de chaque roue, une fourche
et de chaque côté de la roue
les vis qui la maintiennent sur la fourche.

Bein oui, évidemment !


Mais est-il nécessaire que la dite fourche
dévaste tout sur son passage
parce qu'elle ressemble plus à un gros rabot,
bien gros, bien large, bien haut,
et que les vis sus-mentionnées
laissent un superbe tracé bien profond
dans toutes surface qu'elles croisent
parce qu'elles dépassent un peu trop,
voire même beaucoup trop ?

On en revient donc aux deux films cités.

En fait, si vous ne le saviez pas,
le caddie est fait pour se défendre
dans une course poursuite
et détruire tout sur son passage,
quelle que soit votre vitesse d'ailleurs,
car comme chacun le sait
les appartements, mêmes neufs,
(je serai tenté de dire "surtout")
sont étudiés soigneusement
au niveau dimension
pour ne permettre le passage
d'aucun caddie.

Hélas, non !
Ce serait trop beau
qu'il y ait pensé,
même pas en rêve.
Mais dans notre cauchemar, oui
Pas de problème


Alors, on raye
A commencer par les plinthes,
puis les portes,
et d'autant plus qu'elles sont en bois,
puis les murs,
en laissant une trainée blanche !

Et qui va régler la note
de remise en état des lieux
le jour où vous déménagerez ?
Bein, vous
et puis quoi encore.


Alors qu'il aurait été si simple
d'arrondir les angles de la fourche,
d'installer des vis non apparentes.

Mais pourquoi faire simple
quand on peut faire compliqué !

Dans le genre farfelu
je peux citer aussi les valves des pneus
qui dépassent suffisamment
pour éclater au moindre contact.

Cela aussi, j'ai testé
avec le pneu qui se dégonfle
et vous laisse à plat !

Le comble en revient ensuite
aux superbes roues directionnelles
situées à l'avant du caddie
.
Oui, à l'avant,
c'est mieux,
c'est quasiment
in-con-trô-la-ble

quand on tente un passage de porte
avec une petite marche.
Eh oui, à ce moment,
il faut une ligne droite parfaite.
Sinon
c'est le montant droit ou gauche de la porte
qui vous caresse (dans le meilleur des cas) le genou,
et parfois vous y restez coincé ...
Amusant !
J'ai testé avec mon ascenseur
une des roues s'étant bloquée dans la porte !
Merci à ma gardienne
que j'ai pu appeler avec mon portable !

Quant à ces fameuses roues,
même à petite vitesse,
le temps que chacune d'entre-elles
retrouve la ligne droite,
ou simplement la direction que vous souhaitez
(parce qu'en plus elle ne sont pas d'accord)
et vous avez déjà heurté, rayé et renversé
tout ce qui se trouvait sur votre passage,
y compris, et surtout, vos genoux.

Allez roule Raoul !
C'est dans le mur que tu vas,
de toutes façons

Mon Otto-mobile (3) - "En les soulevant un peu …"

Une mobilité un peu plus "détruite"
nécessite des repose-jambes électriques,
Quoi de plus normal, non ?


Mais comment faire ?
Ne serait-ce que pour aller aux toilettes …

Le choix nous est-il donné
de les retirer ou de les escamoter ?


Non, pas vraiment !

On peut supposer que selon sa mobilité
ces repose-jambes soient ou non électriques,
et qu'une atteinte sévère de cette mobilité
implique une aide supplémentaire.

Soit !

Mais voilà,
qui dit repose-jambe électrique
dit implicitement "vérin".

Mais qui dit "vérin"
n'implique pas nécessairement
la mise en place d'un montage lourd,
à moins d'avoir l'idée de se tenir debout dessus.
Oui, un peu comme au cirque,
quand l'écuyère se tient debout
sur sa monture
pour faire une pirouette.
Bon, plus sérieusement,
avec un verticalisateur, peut-être,
mais avec un simple caddie électrique ...
non, pas vraiment, alors !

Alors,
je passe presque 5 bonnes minutes
à essayer de les escamoter,

plié en deux sur mon caddie,
lançant toutes mes forces dans la bataille,
pour que d'un coup cela cède
et qu'une fois sur deux
je me retrouve avec le repose-jambe dans les mains
subitement sorti de son gond.
Même pas grave !
Je repasserai autant de temps
à essayer de le remettre dans son trou !

J'espère que mon envie
n'est pas trop pressante, sinon ...


- Et dire que sur le Storm,
dont les repose-jambes sont électriques,
il me suffisait juste d’appuyer sur un bouton
situé sur le dessus de chaque repose-jambe
pour que celui-ci s’escamote sans effort.

- Et dire que le Jazzy de Pryde
permet la même facilité d'escamotage
de repose-jambes non électriques
par simple pression du doigt

Mon pauvre Otto !
Tu me poses encore des problèmes.


En exposant ma situation
à un médecin du CERAH
,
eh oui, encore !,
mais, vous savez, je vous en ai parlé déjà,
ceux qui homologuent
ce que les Super-techniciens valident.

Voici qu'elle fut la réponse:
"La version avec potences réglables
par vérins électriques permet
en les soulevant un peu
de les escamoter
sans les dissocier complètement du châssis
"

"… en les soulevant un peu …"

J'ai en mémoire une anecdote
qui m'a quelque peu aidée
à comprendre cette réponse sibylline
.
J'ai surpris dans la rue deux jeunes discutant.
Ils essayaient de manoeuvrer un outil un peu lourd.
Le premier y réussi,
mais l'autre peinant un peu entendit son ami l'invectiver
"Tu n'y arrives pas, ce n'est pas possible,
t'es handicapé ou quoi ?"


La lumière m'est alors apparue sur cette réponse
venant d'un médecin, c'est sérieux direz-vous,
qui me disait tout simplement
"… en les soulevant un peu …"
vous arriverez à les escamoter

et si je n'y arrive pas
c'est évidemment
Parce que je suis handicapé, non !?


Comment n'y ai-je pas pensé ?

Quand on y pense,
on doit y arriver,
à les escamoter.
Enfin, je pense !
A moins que l'option électrique
des repose-jambes de mon Otto
ne soit pas prévue
pour des personnes comme moi,
un peu handicapée quoi
!


Cela m'est apparu
encore plus clair
lorsque l'on m'a dit que
sur des repose-jambes non électriques
(donc pour un handicap moins lourd)
de ce même modèle de caddie
on pouvait les escamoter !
sans avoir à les soulever, un peu !
Décidément !

PS.
J'allais oublier, pour corser la chose,
ces fameux repose-pieds
solidaires des repose-jambes,
ils sont in-dis-so-c-i-a-bles !
Oui, quand l'un monte ou descend,
l'autre le suit fidèlement.
Pratique quand on veut lever ou descendre
les deux jambes en même temps.
Ce qui bien sûr est rarement le cas !

Mon Otto-mobile (2) - On s'fait un resto ?

L'autonomie

- N'est-ce pas aussi pouvoir sortir,
S'aérer en quelque sorte,
Voir autre chose
Que les quatre murs de son appartement ?


- N'est-ce pas rencontrer des gens,
Retrouver une certaine animation,
Une certaine convivialité en se disant
Tiens, ce soir, je vais au resto !


Quelle bonne idée pour se sortir la tête du sac !
Quelle belle marche à l'entrée du moindre restaurant !

Et une fois cette formalité franchie,
Quel dommage de ne pouvoir circuler dans le lieu choisi !

Mais surtout ...
Quel est le Super technicien qui ne s'est aperçu,
cela ne fait sans doute pas partie des tests,
Qu'au restaurant, comme à la maison,
On ne met les pieds sous la table ...

... Que si la hauteur du fauteuil le permet !!!


Pauvre Otto, tu es trop haut !
Serai-je exigent à ce point
Et oser demander au restaurateur
de changer la hauteur de ses tables ?

Même combat sur mon lieu de travail !
Juste 5 petits centimètres et je passais !

..... Oui, juste 5 centimètres,
Et mon employeur n'avait pas à remplacer mon bureau.

Pourtant avec mon autre caddie,
Je passais sans problème,
... même pour passer à table,
......même pour m'installer à mon bureau


Alors, quid !?

C'est peut-être vrai que je suis exigent !
Après tout,


Un caddie n'est pas fait pour aller au restaurant,
Ni même pour aller sur un lieu de travail.
C'est fait pour que l'on s'asseye dedans
et que l'on n'en bouge plus.

Mon otto-mobile (1) - Le bon test

Un caddie est fabriqué,
mais sur quels critères d’utilisation ?


Le premier doit à mon sens
permettre l’autonomie de son utilisateur:


- En caddie manuel, il peut le déplacer seul,
l’atteinte est essentiellement sur les membres inférieurs,
l’utilisateur ne peut plus marcher, ou peu,
mais peut encore mouliner à l'huile de coude
pour mobiliser son caddie.

- En caddie électrique, le déficit est plus lourd,
la moulinette est rouillée
et nécessite une assistance,
et plus elle est rouillée,
plus les options seront importantes
(repose jambes électriques, système élévateur,
verticalisateur, dossier inclinable, ..).

Et qui teste tout cela ?

Est-ce le Super technicien
qui va apprécier et juger
selon son état de « valide »,
donc partial,
ou est-ce l’utilisateur de tous les jours
plus apte à donner un avis objectif
proche de la réalité,
proche de sa réalité au quotidien ?


Pour simple précision,
un utilisateur de tous les jours
est celui qui va passer quotidiennement
souvent plus de 10 heures dans son caddie
,

et non pas le super technicien
qui ne restera qu'une ou deux heures
à tester le caddie dans les limites
bien sûr de son temps de travail,
donc dans les meilleures conditions possibles.
Bien loin de celles que l'on subit


Alors que dire des notes attribuées ?

Pour mon Otto-mobile,
dans le test de la descente,
sécurité oblige,
selon une pente paramétrée,
qualibrée, ratifiée,
comme celle que l'on ne rencontre
que dans le test je pense,

il a obtenu brillamment la note de "2".


Et, m'a confirmé un médecin du CERAH,
cette note est conforme pour le test ...
C'est la note minimale requise, certes,
mais elle est correcte
et permet donc de valider ce passage à l'examen
CQFD


Mouais ! Je veux bien ...

Mais si "2" est la note minimale requise
Quelle est la note maximale pouvant être attribuée ???
Est-ce 4, 5 ? ou plutôt 10, voire 20 !?

Quelle est la taille de cette échelle de validation ?
... Tiens, pourquoi ne m'a-t'on pas répondu ?


Que dire de la validation ?
.... Est-ce celle d'un valide ??
................. Ou celle d'invalide ?

"Le Caddie" (6) - Mon Otto-mobile

Ah, nous y volà !
Mon caddie à moi, bien à moi, je l'appelle Otto !


Mais, qu'en dire de mon Otto mobile ?
Quels en sont les points positifs,
Quels en sont les points négatifs ?

...... Voilà un bon début

Commençons pas les points positifs,
Cela ira plus vite
Il est rapide,
il est plutôt silencieux,
Et,
il a une autonomie correcte sur une journée



Passons aux choses sérieuses maintenant,
les points négatifs

"Le Caddie" (5) - Vaches à lait que nous sommes !

Combien ça coûte ?

Pourquoi je compare sans cesse
un caddie à une voiture ?
Tout simplement parce qu'ils coûtent le même prix !


Voire même que, pour certains caddies,
le prix est plus élevé qu'un véhicule
avec toit ouvrant et musique à gogo en stéréo.
Voilà pourquoi !

J'ai effectivement beaucoup de mal à comprendre
le prix élevé d’un caddie, électrique ou pas,
et que de fait des sociétés-revendeurs-fabricants
puissent se faire "du beurre"
sur le dos de personnes qui souffrent

en fourgant des conglomérats de ferraille,
même en titane.

Et comment, et auprès de qui s'interroger
sur la réelle fonctionnalité
de ce qui nous est ainsi proposé ?


"Il ne faut pas exagérer",
m’a dit un jour une ergothérapeute:
"On ne va pas faire des caddies pour chaque handicap,
je vous trouve bien exigeant !
"

Eh bien, soit ! Je suis exigent
et, même, j'ose le revendiquer.

Vache à lait, oui, je le pense !
Pas de réelle concurrence
et une certaine liberté dans la validation
et la mise sur le marché de ces engins.


Notre mobilité est "détruite",
par défaut d'être réduite,
et pour garder une certaine forme d'autonomie,
quel autre moyen nous est proposé
que celui de s'adresser à ces sociétés,
que celui de leur faire confiance
quand elles nous imposent,
après les avoir homologué,
puis certifié
par des techniciens
aux compétences assurées,
leurs modèles très "design",
que le CERAH
n'oubliera pas de valider ensuite.


Est-ce cela que l'on souhaite, du design ?
Ou de la fonctionnalité avant tout ?


Je ne crois pas au prix exorbitant de ces engins
qui nous sont imposés sans un retour des utilisateurs,
sans un questionnaire de satisfaction
des utilisateurs directs, NOUS,

en lieu et place du rapport idéal
établi par des techniciens valides
qui les testent et leur attribuent des notes.

Les valides valident
ce que les invalides invalident !

C'est vrai que des marchés sont en jeu !
Business is business.
Notre enjeu est tout autre !
juste celui d'exister, non !
Quel est son prix ?


Après tout, d'une façon générale,
on prend les euros là il y en a
pour nous rendre heureux !?


"Equiper" une personne à mobilité réduite
n'est pas seulement une nécessité,
c'est un besoin vital
et cela se sait.


Pour se sortir de l'ornière,
elle fera tout,
ou on fera pour elle, ce qu'il faut.
Et cela se sait !


Alors on sollicite des associations de tous poils,
les mutuelles, les employeurs,…
la liste est sûrement longue et loin d'être exhaustive.


Ah ! J'allais oublier en premier lieu,
on sollicite bien évidemment
la personne en question

Qui,
si elle ne s'est déjà pas saignée
Car comme tout le monde le sait,
la majorité de ces personnes roule sur l'or
On se retourne vers les associations
et organismes pré-cités

"Le Caddie" (4) - Panne de bon sens

Rivé dans son caddie,
que faire un vendredi soir vers 18h00
quand soudain la panne survient,
quand soudain devant tant de bataille à livrer
un de vos pneus se dégonfle ?


Ne ressent-on encore plus cette indifférence
devant un problème pas si insoluble qu’il y parait.
Mais voilà, le caddie acheté ne comprend pas le SAV,
pas du moins en dehors des heures dites "ouvrables".
Alors il faut attendre le week-end entier
et que le lundi matin votre revendeur préféré
n’ait pas un planning trop chargé
pour vous dépanner en urgence.

Urgence,
Quel drôle de mot dont la définition est pourtant claire :
Quelques définitions
- Etat physique qui nécessite des soins immédiats.
- Situation à laquelle on doit remédier sans délai.
- État d'une situation qui est pressante;
on doit s'en occuper le plus rapidement possible.

Alors, on attend 2 jours
pour une simple chambre à air car pas en stock.


On attend pendant 3 semaines
pour un simple câble de connexion à la batterie,

car le dit câble vient des States
ce qui évidemment prend du temps vous comprenez.

Mais oui, je comprends,
et vous ?

Oui vous !
- Comprenez-vous que sans chambre à air,
plus question de faire rouler le caddie,
- Que sans recharge de batterie,
plus question de déplacer le caddie.


C’est vrai que
lorsque votre véhicule automobile subit une crevaison
il vous est si facile de sortir un cric
et de changer la roue défectueuse,
C’est vrai que
lorsque votre véhicule est en panne
vous appelez SOS dépannage de jour, comme de nuit,
week-end et jours fériés, évidemment que vous comprenez.

"Le Caddie" (3) - Options

Que penser des options de série ?
C’est une expression très à la mode,
surtout lorsque l’on parle de voiture,
mais pour un caddie ?

Les phares et clignotants (feux de détresse inclus)
sont des options de série
que l’on peut demander d’installer ou pas,
mais de toutes façons cela fait partie du prix quoi qu’il en soit !
Quel intérêt dans notre pays
d’avoir des feux et clignotants de série ?
De voir et d’être vu me direz-vous,
comme cela est le cas pour les voitures !

C’est vrai, en voiture,
je roule la nuit,
je roule quand il y a du brouillard,
j’ai besoin d’être vu et de voir …


mais en caddie ?!

Même si l’on s’aventure parfois sur la chaussée
parce que les trottoirs sont difficilement accessibles,
il ne m’apparaît pas évident d’être équipé
d’autant d’éclairage,
surtout si comme c’est le cas pour mon caddie,
les phares sont situés juste derrière mes repose-jambe
et n’éclairent donc que mes mollets !


C'est risible, mais hélas bien réel !

J’ai hâte que l’on me pose une plaque d’immatriculation
comme cela je pourrai prendre le périphérique.
Je suis en règle,
j'ai même une vraie ceinture de sécurité,Et pourquoi pas aussi mettre des chaînes aux roues motrices,
j’y songe à l’approche de l’hiver.

mais pas à enrouleur comme j'ai vu sur un autre caddie
(très pratique à mettre, surtout quand cela se bloque).

"Le Caddie" (2) - Définition

Mille excuses, je parle, je parle de "Caddie"
sans en avoir donné une certaine définition,
même si au travers de mes notes cela paraît évident.

Hormis la marque déposée très fonctionnelle
pour ce à quoi elle doit servir et à laquelle je ne veux nuire,
bien évidemment,
et que tout le monde croise dans son Supermarché préféré,
il me semblait utile d'établir un certain parrallèle
avec un autre utilitaire bien moins fonctionnel qu'il n'y paraît.

Le Caddie donc est un utilitaire muni de roulettes,
au minimum quatre pour pouvoir le déplacer,
et également de poignées,
afin de pouvoir le manoeuvrer
notamment lorsque celui-ci n'est pas pourvu d'un moteur
le plus souvent électrique.

Le Caddie peut-être muni d'un moteur,
mais également se déplacer
à l'aide de la moulinette à l'huile de coude
pour ceux qui en ont encore.

Le Caddie, d'une façon générale, sert
à transporter un morceau de viande de taille variable
enveloppé dans un torchon.

Et oui, le Caddie, dans mon esprit, s'apparente bien
qu'il soit manuel ou électrique
à un fauteuil roulant
véhiculant mon mécontentement
à longueur de journée
et mon étonnement de laisser en liberté
de pareils dangers ambulants,
surtout au prix où ils sont distribués !

Mais après tout,
que leur demande-t-on ?
De nous transporter, ils le font très bien,
mais dans quelles conditions ...
J'y reviendrai lors d'une prochaine note intitulée: "Mon Caddie" !