Avertir le moderateur Les blogs du Téléthon sont hébergés par blogSpirit Téléthon 2015 header

28 juin 2008

Il faut "décaisser" (épisode 2)

....... il ne suffit pas d'acheter le véhicule,
il faut aussi entrer dedans, avec le bon fauteuil


Je vous avais promis une suite,
un commentaire, merci, enfin !,
un vrai, bien aiguisé,
me remet en piste

Partant de ma précédente note
et supposant que nous avons fait notre choix,
le bon ?
sur notre véhicule dit adapté,
ou du moins adaptable
car je rappelle que pour l'instant le véhicule
est juste acheté ... pas encore aménagé ...

Il y a maintenant le choix du fauteuil !

Evidemment tous les fauteuils
ne s'adaptent pas à un poste de conduite.

En effet non seulement le dit fauteuil
doit pouvoir passer sous le volant,
donc permettre à son assise de descendre
le plus bas possible, et déjà là
on est très vite dans le vif du sujet
car très peu de fauteuil ont cette particularité,
2 ou 3 en fait ...
et le prix présente la particularité quant à lui
de grimper, proportionnellement je suppose,
à ce que le fauteuil descend, sans doute ...
pour culminer vers les 30 000 euros !
On y revient, et on additionne !

Meuh Meuh !

Donc, à cette étape,
le véhicule, juste "décaissé", 60 000 euros,
(voir épisode 1) non encore aménagé,
et un fauteuil, un !, 30 000 euros

digling ! tiroir-caisse: 90000 euros

Petit détail supplémentaire de la langue française,
le "non seulement" appelle un "mais aussi" ...
Donc,
"non seulement le dit fauteuil
doit pouvoir passer sous le volant
...",

mais aussi,
il doit avoir subi le crash-test !


En clair il faut en plus que le fauteuil
soit homologué pour ne pas se transformer
en boite à sardines, ou maquereaux, ou thons,
au choix selon les goûts,
boite à "coucou", oui aussi,
par sécurité tout simplement,
et en toute logique.
Heureusement, ouf !, à priori,
pas de surcoût supplémentaire
car les fauteuils qui descendent au plus bas,
oui un peu comme nous,
ont reçu cette homologation.

Tiens, pour une fois, ils ont réfléchi
et ont fait preuve de bon sens logique


La sécurité est respectée, c'est bien,
cependant, vu le coup du fauteuil à la base,
il est toléré d'installer n'importe quel fauteuil,
donc non homologué, donc avec un risque,
en poste de conduite et de l'arrimer comme tel !
Apparemment pas en France, je vous rassure,
mais en Allemagne, cela semble courant
m'a-t'on dit au salon Pompafric.
Et pour cause, le fauteuil coûte tellement "bonbon"
que l'on cherche les moyens de baisser le prix,
mais hélas au dépend de la sécurité ...
On descend bien bas, là aussi !

Oui, car ces supers fauteuils homologués
sont arrimés, enfin plutôt clipsés,
exactement comme une cocotte-minute !
Le système d'arrimage est breveté avec le fauteuil,
c'est d'origine et testé
On appuie sur un bouton,
et Clic, on est arrimé
On appuie de nouveau,
et Clic on est libre.
Quant au bouton il a la taille
d'une pièce de 2 cents d'euro.
On croit rêver ...

Quant aux fauteuils non homologués crashy
on installe un système d'arrimage qui
lui seul est garanti en cas de "blème"
pas le fauteuil.

Donc
on autorise une personne à conduire
avec le risque qu'au moindre petit choc
son fauteuil non homologué pour la conduite
se décroche ou se déforme sous l'effet du choc,
même minime,
et que le conducteur perde le contrôle de son véhicule
...
avec un risque non négligeable pour l'entourage

Je ne rêve plus,
je baigne dans le n'importe quoi !

On continue ?
Allez courage, ce n'est pas fini,

me suis-je dit
au cours de mon voyage au salon Pompafric

A ce stade, imaginons,
allez faite un effort car les élus sont rares,
imaginons que nous ayons le véhicule,
imaginons qu'il soit aménagé,
je ne rentrerai pas dans le détail des aménagements
car ils sont fonction de chaque déficit,
et les prix y sont variables vous le comprendrez
,

et imaginons aussi
que vous avez fait le choix d'un fauteuil,
nous choisirons un fauteuil homologué,
si, si, allez, soyons bon joueur.

A ce stade donc,
vous êtes prêt à conduire un véhicule.
Yes !


Que nenni !
Il faut que VOUS soyez "homologués"
Eh oui, qui dit modification de véhicule,
dit permis spécial à valider,
à passer ou à repasser,
attestant, chose logique pour moi,
que vous êtes aptes, capables,
de conduire le dit véhicule.

Ayant déjà conduit un véhicule aménagé,
cela ne m'a pas surpris outre mesure.
A cette annonce, je me suis dit,
pas de problème, je connais une auto-école,
je suis à Paris, Capitale de la France,
je vais les contacter et leur expliquer
le pourquoi du comment ...

Erreur mon cher ...
dans votre cas on vous envoie
aux alentours de Perpignan
ou à Kerpape ...?!

Hein !
(prenez l'accent Ch'ti, c'est mieux,
ça vient du fond des tripes
)

Et quand je demande plus de précisions de lieux,
personne ne peut me répondre avec précision,
même pas un membre de l'AFM qui m'accompagne.

Donc, pour Perpignan,
vous voyez Perpignan sur une carte, ça y est,
eh bien c'est aux alentours .

Quant à Kerpape, vu l'orthographe,
oui c'est bien en Bretagne. Mais où ?
Bein ... en Bretagne !

Ce n'est qu'arrivé chez moi,
un petit coup de Google,
un grand coup de Gueule aussi,
beaucoup de patience pour trouver,
non encore un peu plus que ça,
le fameux site de Kerpape
(http://www.kerpape.mutualite56.fr/),
dans le Morbihan, près de Lorient,
genre Centre de balnéo, morbide à souhait,
spécialisé en cardiologie,
neurologie, et tutti quanti,
perdu au milieu de rien, pas très loin cependant
du trou du cul de nulle part,
mais rien de rien, non rien de rien
sur des stages d'évaluation
pour des personnes à mobilité réduite
désirant conduire un véhicule adapté.

J'en reste donc là
Juste deux centres en France,
je ne sais pas trop à quoi ils servent d'ailleurs,
ni comment s'organisent ces stages
pour conducteurs en simple recherche
d'AUTONOMIE.

Cela ne ressemble t-il pas à du foutage de gueule ?

Sur notre dos évidemment,
et surtout celui des associations et mécènes,
surtout,
qui disent Amen ...
je serai tenté de dire,
en toutes connaissances de cause.

Pour récapituler, le véhicule aménagé
et tout le toutim,
si vous avez bien tout suivi,
il "tape" pas loin des 100 000 euros minimum


Cela vous choque ? Moi aussi !
Profondément même !
Alors pourquoi personne ne réagit !

17:40 Publié dans Jackpot ! | Lien permanent | Commentaires (0)

21 juin 2008

Il faut "décaisser" (épisode 1)

La grande messe en quelque sorte,
tous les deux ans en général
et c'est à Paris que j'y suis allé ...

Oui, vous avez sans doute deviné,
c'est le fameux salon Autonomic
que l'on attend avec impatience.

Mais qui attend ?
Eux, les Professionnels,
ou nous, le Grand Public ?

"Autonomic" ne prend il pas sa source,
sa racine, son existence,
dans le mot "Autonome",
et par dérivation "Autonomie" ?

Alors pourquoi lorsque je me présente,
moi, dans mon caddie,
accompagné d'une personne valide,
vous savez la personne qui se déplace
avec ses deux jambes bien à elle,
Oui, pourquoi, lorsque je sollicite une info,
c'est de prime abord à la personne valide
que l'on va s'adresser et répondre ...
Comme si handicap moteur et mental ne faisait qu'un !
Comme si le fait d'être en fauteuil
nous rende également incapable d'être nous-même,
tout simplement.
Ou j'étais peut-être trop bas pour que l'on me voit,
enfin je pense, en optimiste aguerri.

Disons que j'ai dû rêver ...
et passons à ce qui me conduit à me gratter aujourd'hui.

En fait j'allais à ce fameux salon,
pour voir, juste pour voir
ce que l'on pouvait trouver comme solution
pour me permettre de me déplacer un peu plus,
et pourquoi pas de (re)conduire un véhicule,
oui, et pourquoi pas, comme conducteur
tout en restant assis dans mon caddie.

Que cela soit possible, ça je le savais,
mais à quelles conditions ???

Et c'est là que ce salon dit "Autonomic"
est devenu clairement pour moi
le salon "Pompafric" !

Et on y revient, Meuh, Meuh,
Vaches à lait que nous sommes.
Cela aussi je le savais,
mais à ce point, j'en ai eu la nausée.

Explications:

Il faut évidemment trouver d'abord un véhicule.
Je laisse de côté l'obtention du permis de conduire,
que je possède déjà depuis 30 ans
et qui nécessitera bien sûr l'ajustement lié
au handicap avec ses accessoires,
mais j'y reviendrai pour un point précis:
l'obtention de l'autorisation de conduire un tel véhicule.

Donc, la voiture en elle-même !
Eh bien, il faut déjà la trouver, celle qui
va me permetre d'entrer avec mon fauteuil à roulettes
et de me glisser sous le volant !

En ne me limitant qu'au véhicule genre Berline,
car le type Espace, voire Master, trop encombrant
ne me permet pas de me garer dans un parking classique,
on en réduit ainsi le choix, et surtout aussi la marque !

Que préférez-vous ? Chrisler ? Mercedes ?
Bah oui, tant qu'à faire ... Renault, Citroen, Peugeot ?
Que nenni, sauf en version Kangoo ou équivalent,
mais pas comme conducteur !!

Donc, qui dit belle marque, dit joli prix,
Elémentaire mon cher ...

Meuh Meuh !
On démarre dans les 25-30000 euros !
Bon d'accord, quand on voit le véhicule,
hormis la marque,
pour avoir testé le modèle Chrisler
(je suis juste entré dedans)
on peut estimer le prix honnête.

Mais voilà !
Un fauteuil, surtout électrique,
c'est grand, c'est haut et pour entrer ...
il faut "décaisser", m'a dit le vendeur !

En clair,
il faut abaisser le bas de caisse du véhicule,

C'est mieux, à défaut de vous prendre les roues dans le tapis,
cela vous évite surtout d'avoir la tête dans le plafond.

On abaisse donc le fameux bas de caisse,
mais
Meuh, meuh !
en première intention
cela ne se fait pas sur un véhicule !


Donc,
vous achetez votre voiture
comme si vous étiez valide,
vous la payez plein pot, si je puis me permettre,
oui madame !,
et le véhicule retourne chez le marchand de rêve,
le même où vous l'avez acheté évidemment,
et le véhicule est donc "décaissé",
parce qu'il est destiné à un non valide,
CQFD (Ce Qu'il Fallait Dire),
mais avant,
et vous le repayez une seconde fois,
car "décaisser" m'a dit le vendeur, c'est très cher,
oui monsieur
.

Alors,
Meuh, meuh ... !

- avant même d'avoir le véhicule,
- avant même d'avoir accessoirisé ce même véhicule,
- avant même d'avoir le bon fauteuil pour y entrer

(sur cela aussi j'y reviendrai)

vous aurez donc payé 2 fois votre voiture !!

et pourquoi 2 fois, simplement comme me l'a dit le vendeur,
"décaisser" une voiture cela coûte très cher,
oui, effectivement, quasiment le prix de la voiture ...

Moi aussi j'ai cru rêver en entendant cela
au fameux salon Pompafric

N'aurait-il pas été plus simple, logique,
d'envisager l'achat d'un véhicule à la base
déjà décaissé en pensant à un certain nombre de personnes,
vous savez ces personnes à mobilité réduite en recherche
d'AU-TO-NO-MIE,
CQFF (Ce Qu'il aurait Fallu Faire) avant,
c'eut été plus simple, non ?

Oui, bien évidemment,
mais "décaisser" comme cela des véhicules,
d'emblée pour les réserver à ces personnes,
et pour revenir à une de mes précédentes notes
qui serait aussi un bon leitmotiv,
cela .. n'est .. pas .. rentable !

Enfin,
pas rentable pour eux de décaisser le véhicule
avant de nous le vendre,
mais par contre plutôt rentable de le retourner en usine
pour décaisser ce qui a été "caissé"
et de nous le vendre une seconde fois ... MEEEEUUUHHHHHHHH !

Je pense qu'après avoir décaissé
il faut savoir encaisser ...
Eux savent et ont compris surtout
où se trouvait le tiroir-caisse
pour qu'associations et mécènes
passent à leur tour à la caisse !


....... il ne suffit pas d'acheter le véhicule,
il faut aussi entrer dedans, avec le bon fauteuil

à Suivre

16:40 Publié dans Jackpot ! | Lien permanent | Commentaires (1)

12 juin 2008

Oh ! Punaise ...

C’est bien la veille d’un pont,
Que fais-tu petit patapon ?
T’auras beau trouver le temps long
Tu vas rester là comme un con.

C’est une très simple punaise
Qui m’a mis un soir sur la braise
Et, veille de premier mai
Férié comme chacun sait,
A de quoi vous indisposer
Et du coup vous laisser clouer.
Quoi de plus anodin qu’un pic
Qui rend votre vie plus épique.
Elle était là à me guetter,
Sa pointe bien haut levée.
Je ne sais où fut l’embuscade
Qui me valu cette estocade.

Mais quoi de plus banal au fond,
C’est une simple crevaison.
Quand cela vous prend pour de bon,
Je vous le dis, n’est pas coton.


Ce pont du joli mois de mai
Se fit cette année aqueduc,
Au bonheur de quelques trou’duc
Qui ne m’ont offert ce muguet,
Symbole dit-on du bonheur,
Oui, je suis encore un rêveur,
M’envoyant plutôt sur les roses
Qu’en pareil moment quelqu’un ose
La tradition déroger,
Et de ce fameux jour chômé
Qu’ils ne puissent en profiter,
Car je les ai tous dérangé
Pour être en ce jour dépanné
et, comme ma roue, m'éclater.

Ressentant comme un abandon
J’ai cru en perdre la raison,
Mais il m’a fallu tenir bon,
Du tunnel, voir la fin du pont.


Mercredi, veille de ce jour
Me valu d’attendre mon tour.
Croyez moi, car je vous le dis,
Nous sommes aujourd’hui lundi
Et je m’attends encore au pire
De chaque minute à venir.
Ainsi, dans votre appartement,
Imaginez-vous un instant
Rêvant de meilleurs lendemains,
Par ailleurs bien incertains,
Mais hélas bien cloué là
Avec, entre autre, un pneu à plat.

Et de tout cela, le meilleur,
D’avoir cinq jours patienté,
Fut d’être vite dépanné
En, top chrono, la demie heure !

Souvent on pense être au plafond
Alors que l’on touche le fond.
A la fête, mais sans flonflon,
Quand sur nous tonne le canon,
Certains n’osant hausser le ton,
Je ne fermerai mon clairon.