Avertir le moderateur Les blogs du Téléthon sont hébergés par blogSpirit Téléthon 2015 header

22 décembre 2007

Mon Otto-mobile (3) - "En les soulevant un peu …"

Une mobilité un peu plus "détruite"
nécessite des repose-jambes électriques,
Quoi de plus normal, non ?


Mais comment faire ?
Ne serait-ce que pour aller aux toilettes …

Le choix nous est-il donné
de les retirer ou de les escamoter ?


Non, pas vraiment !

On peut supposer que selon sa mobilité
ces repose-jambes soient ou non électriques,
et qu'une atteinte sévère de cette mobilité
implique une aide supplémentaire.

Soit !

Mais voilà,
qui dit repose-jambe électrique
dit implicitement "vérin".

Mais qui dit "vérin"
n'implique pas nécessairement
la mise en place d'un montage lourd,
à moins d'avoir l'idée de se tenir debout dessus.
Oui, un peu comme au cirque,
quand l'écuyère se tient debout
sur sa monture
pour faire une pirouette.
Bon, plus sérieusement,
avec un verticalisateur, peut-être,
mais avec un simple caddie électrique ...
non, pas vraiment, alors !

Alors,
je passe presque 5 bonnes minutes
à essayer de les escamoter,

plié en deux sur mon caddie,
lançant toutes mes forces dans la bataille,
pour que d'un coup cela cède
et qu'une fois sur deux
je me retrouve avec le repose-jambe dans les mains
subitement sorti de son gond.
Même pas grave !
Je repasserai autant de temps
à essayer de le remettre dans son trou !

J'espère que mon envie
n'est pas trop pressante, sinon ...


- Et dire que sur le Storm,
dont les repose-jambes sont électriques,
il me suffisait juste d’appuyer sur un bouton
situé sur le dessus de chaque repose-jambe
pour que celui-ci s’escamote sans effort.

- Et dire que le Jazzy de Pryde
permet la même facilité d'escamotage
de repose-jambes non électriques
par simple pression du doigt

Mon pauvre Otto !
Tu me poses encore des problèmes.


En exposant ma situation
à un médecin du CERAH
,
eh oui, encore !,
mais, vous savez, je vous en ai parlé déjà,
ceux qui homologuent
ce que les Super-techniciens valident.

Voici qu'elle fut la réponse:
"La version avec potences réglables
par vérins électriques permet
en les soulevant un peu
de les escamoter
sans les dissocier complètement du châssis
"

"… en les soulevant un peu …"

J'ai en mémoire une anecdote
qui m'a quelque peu aidée
à comprendre cette réponse sibylline
.
J'ai surpris dans la rue deux jeunes discutant.
Ils essayaient de manoeuvrer un outil un peu lourd.
Le premier y réussi,
mais l'autre peinant un peu entendit son ami l'invectiver
"Tu n'y arrives pas, ce n'est pas possible,
t'es handicapé ou quoi ?"


La lumière m'est alors apparue sur cette réponse
venant d'un médecin, c'est sérieux direz-vous,
qui me disait tout simplement
"… en les soulevant un peu …"
vous arriverez à les escamoter

et si je n'y arrive pas
c'est évidemment
Parce que je suis handicapé, non !?


Comment n'y ai-je pas pensé ?

Quand on y pense,
on doit y arriver,
à les escamoter.
Enfin, je pense !
A moins que l'option électrique
des repose-jambes de mon Otto
ne soit pas prévue
pour des personnes comme moi,
un peu handicapée quoi
!


Cela m'est apparu
encore plus clair
lorsque l'on m'a dit que
sur des repose-jambes non électriques
(donc pour un handicap moins lourd)
de ce même modèle de caddie
on pouvait les escamoter !
sans avoir à les soulever, un peu !
Décidément !

PS.
J'allais oublier, pour corser la chose,
ces fameux repose-pieds
solidaires des repose-jambes,
ils sont in-dis-so-c-i-a-bles !
Oui, quand l'un monte ou descend,
l'autre le suit fidèlement.
Pratique quand on veut lever ou descendre
les deux jambes en même temps.
Ce qui bien sûr est rarement le cas !

Les commentaires sont fermés.