Avertir le moderateur Les blogs du Téléthon sont hébergés par blogSpirit Téléthon 2015 header

22 novembre 2008

Les "Super-Techniciens" du CERAH

Le CERAH
(Centre d'Etudes et de Recherche
sur l'Appareillage des Handicapés
),
vous ne connaissez peut-être pas,
pourtant j'y ai déjà fait allusion
dans mes précédentes notes.

C'est l'organisme ou la structure
qui va homologuer votre fauteuil
afin qu'il soit mis sur le marché
après,
c'est ce que je pensais,
un certain nombre de tests
effectués par celui que j'avais ironiquement
nommé le Super-Technicien.

Eh bien je n'imaginais pas
les rencontrer un jour,
oui, effectivement,
ils sont plusieurs !

Mais qui sont-ils ???

Chaque année se déroulent
aux environs de Paris
les fameux Entretiens de Garches,
du nom de la Fondation du même nom,
portant sur un point particulier
en général lié autour du handicap.
Cette année, les 20 et 21 novembre,
ils abordaient "Le fauteuil roulant".

Waouh !, me suis-je dis, je vais enfin savoir !
J'ai vu !, j'ai su !, j'ai compris !


Tout d'abord,
je vous l'avais déjà précisé,
les fauteuils électriques
sont "au-to-cer-ti-fiés" par les fabricants ...


Ne me demandez pas ce qu'ils autocertifient,
aucune information n'a été donnée
et même, mieux encore,
l'une des actrices du CERAH ne le savais pas !


Je suppose qu'ils autocertifient que tel ou tel fauteuil
est bon pour être homologué !

Une fois cette formalité franchie,
sans critères affichés donc,
le CERAH va effectuer les tests
nécessaires à l'homologation du fauteuil ...

Tests mécaniques d'abord
avec tout une série de grands robots
qui,
comme on peut le voir,
chez Ikéa par exemple
où les portes et tiroirs sont ouverts-fermés
puis fermés-ouverts un grand nombre de fois,

vont tester par application de masses, de chocs,
de poussées, de secousses, de petits sauts ...
les accoudoirs, les dossiers, les sièges, ...
de votre modèle de fauteuil
pour évaluer la solidité, la résistance,
en fait tout ce que nous pourrions faire subir
à notre fauteuil en le manipulant.
Bref, les tests mécaniques classiques,
jusque là, pas de lézard.

Et après ?
Les Super-Techniciens entrent en jeu,
ta-ta-tin !


Et je les ai vu .......
Et ils ne sont même pas beaux ..........

Les mannequins qui sont utilisés !!!!!!!!!!


Oui, des mannequins, rien que des mannequins
pour tester ces fauteuils électriques,
nos fauteuils,
ceux que parfois on nomme
fauteuil de confort !

Ce sont des masses informes,
sans jambes le plus souvent,
juste un poids inerte
que l'on fixe sur le fauteuil
qui à distance est commandé
sur un circuit calibré
pour rouler, tourner, virer, freiner !!


"Compte tenu des tests effectués",
m'a-t'on répondu
lorsque je m'étonnais vivement
de cette procédure,
"on ne va pas prendre de vraies personnes ..."

Et après homologation,
les résultats de chaque test
sont évidemment confidentiels,
car seul le fabricant en aura connaissance.

C'est clair non !?

Maintenant vous savez

- Pourquoi vos fauteuils coutent si chers,
les tests sont payés par les fabricants,
- Pourquoi vous avez autant de douleurs,
un mannequin ça ne parle pas, ne ressent rien,
- Pourquoi vous avez l'impression parfois
que l'on se moque de vous,
vous trouvant trop exigeants sur telle adaptation

Cerise sur le gâteau
Lors de ces Entretiens, une question a été posée:
"Comment se fait-il
que certaines fonctions de mon fauteuil,
celui que je viens de commander et recevoir,
sont différentes de ce qui était indiqué sur la notice,
au moment où j'ai passé cette commande ?
"

Question légitime, non ?
Voici la réponse du CERAH:
"Il est possible que le fabricant de votre fauteuil
ait changé certains paramètres sur ce modèle,
mais on ne va tout de même pas
lui faire subir de tests supplémentaires
"

En clair, un fauteuil homologué reste homologué,
même si entre temps les caractéristiques du modèle
ont été modifiées ...

... What else ?

14 septembre 2008

Plutôt gonflé !

Une petite note qui dénote
qui pourrait s'inscrire après "Oh punaise !"
dans la rubrique "coup de gueule"
et qui se prolonge vers le Jackpot
car la source est "Increvable" !

Lorsque l'on est crevé,
dans tous les sens du terme d'ailleurs,
pour repartir du bon pied,
pardon,
de la bonne roue ...,
on change donc de chambre,
chambre à air dans le cas présent,
et cela, ça coûte combien à votre avis ?

Détrompez-vous,
pas autant que cela, à peine 9 euros !

Mais si on ajoute ...
la main-d'oeuvre, une demie-heure
Drelin-drelin, 29 euros
et que l'on y ajoute ...
les frais de déplacement
et re-Drelin-drelin, 35 euros

la dite chambre à air,
après un sacré coup de pompe,
s'annonce à près de 70 euros !

Meuh-meuh

14:17 Publié dans Jackpot ! | Lien permanent | Commentaires (1)

06 septembre 2008

Jusqu'en 2015 !

Combien de magasins, de boutiques ou d'agences
Ayant pignon sur rue avec une belle esthétique
Et de surcroit ouvert au public
Souvent pour une question de prestance
Se sont vus contraint de refaire leur devanture
Et pas qu'un simple coup de peinture
Etant parfois réhabilité du sol au plafond,
En bref de la belle ouvrage de maçon !

Mais que dire de très justement réviser
A l'entrée cette marche si haute placée
Qui nous laisserait à penser
Que notre présence n'est souhaitée ?

Pourquoi donc, quelle aubaine, ne profiter
De ce lieu public mis en chantier
Pour lui refaire un vraie santé
Et qu'enfin on puisse y accéder.

Que nenni, m'a-t'on répondu à l'agence
De cette banque qui à mes économies très fort pense,
Et quant à cette obligation de rendre accessible ce lieu,
Ai-je argué à cet employé sans doute modèle,
Il me récita son texte comme une ritournelle
Oui, certes, mais nous avons jusqu'en 2015, cher monsieur !


Merci à ces très aimables (petits) commerçants
Qui vous disent qu'ils compatissent à vos souffrances,
Le pire à entendre, qu'ils vous comprennent ...,
Et que ... prochainement leur boutique sera accessible,
C'est promis, c'est prévu dans les prochains travaux,
En général toujours repoussés pour des contraintes,
Souvent administratives ou architecturales,
Et qui se défilent lamentablement
Lorsqu'il s'agit réellement de passer aux actes
...
A moins qu'un de leur proche ou eux-mêmes ne soient touchés !

17 juillet 2008

Increvable !

Increvable est le souhait de tous ceux
qui roulent en caddie électrique
pour ne pas se retrouver dans cette situation
relatée dans une précédente note "Oh punaise !"

Increvable, est ce souhait potentiellement réalisable
pour peu que vos pneus, bien gonflés,
avec chambre à air et valve (même mal placée)
soient remplacés, renforcés pourrait-on dire,
par un système de bandages intérieurs
qui en assure l'in-cre-va-bi-li-té
ou presque ...

Mais voilà pour cela drelin, drelin
vous vous imaginez bien que le tiroir-caisse va tintinabuler

Meuh, meuh, meuh !
Vache à lait que nous sommes.


Pour mon caddie à roulettes électriques,
4 roues, deux petites, deux plus grandes,
main d'œuvre et déplacement compris,

Jackpot à 660 euros !

Pour les vieux c... comme moi
qui relativisent parfois en se souvenant
que l'Euro avant s'appelait Franc,
l'addition s'élève tout de même à 4300 francs,
juste pour changer 4 petits bouts de caoutchouc.

Revenons aux euros ...
Considérons pour simplifier,
ce qui n'est surement pas le cas,
que chaque pneu coûte le même prix,
soit tout de même 195 euros pièce !

et comparons au prix
d'un pneu de voiture ...
bien plus costaud, bien plus résistant,
et de très bonne qualité,
sur la durée en tous cas,
il ne vous en coûtera que 80 euros


... les tarifs ne seraient-ils pas gonflés
exagérément ??

15:17 Publié dans Jackpot ! | Lien permanent | Commentaires (0)

28 juin 2008

Il faut "décaisser" (épisode 2)

....... il ne suffit pas d'acheter le véhicule,
il faut aussi entrer dedans, avec le bon fauteuil


Je vous avais promis une suite,
un commentaire, merci, enfin !,
un vrai, bien aiguisé,
me remet en piste

Partant de ma précédente note
et supposant que nous avons fait notre choix,
le bon ?
sur notre véhicule dit adapté,
ou du moins adaptable
car je rappelle que pour l'instant le véhicule
est juste acheté ... pas encore aménagé ...

Il y a maintenant le choix du fauteuil !

Evidemment tous les fauteuils
ne s'adaptent pas à un poste de conduite.

En effet non seulement le dit fauteuil
doit pouvoir passer sous le volant,
donc permettre à son assise de descendre
le plus bas possible, et déjà là
on est très vite dans le vif du sujet
car très peu de fauteuil ont cette particularité,
2 ou 3 en fait ...
et le prix présente la particularité quant à lui
de grimper, proportionnellement je suppose,
à ce que le fauteuil descend, sans doute ...
pour culminer vers les 30 000 euros !
On y revient, et on additionne !

Meuh Meuh !

Donc, à cette étape,
le véhicule, juste "décaissé", 60 000 euros,
(voir épisode 1) non encore aménagé,
et un fauteuil, un !, 30 000 euros

digling ! tiroir-caisse: 90000 euros

Petit détail supplémentaire de la langue française,
le "non seulement" appelle un "mais aussi" ...
Donc,
"non seulement le dit fauteuil
doit pouvoir passer sous le volant
...",

mais aussi,
il doit avoir subi le crash-test !


En clair il faut en plus que le fauteuil
soit homologué pour ne pas se transformer
en boite à sardines, ou maquereaux, ou thons,
au choix selon les goûts,
boite à "coucou", oui aussi,
par sécurité tout simplement,
et en toute logique.
Heureusement, ouf !, à priori,
pas de surcoût supplémentaire
car les fauteuils qui descendent au plus bas,
oui un peu comme nous,
ont reçu cette homologation.

Tiens, pour une fois, ils ont réfléchi
et ont fait preuve de bon sens logique


La sécurité est respectée, c'est bien,
cependant, vu le coup du fauteuil à la base,
il est toléré d'installer n'importe quel fauteuil,
donc non homologué, donc avec un risque,
en poste de conduite et de l'arrimer comme tel !
Apparemment pas en France, je vous rassure,
mais en Allemagne, cela semble courant
m'a-t'on dit au salon Pompafric.
Et pour cause, le fauteuil coûte tellement "bonbon"
que l'on cherche les moyens de baisser le prix,
mais hélas au dépend de la sécurité ...
On descend bien bas, là aussi !

Oui, car ces supers fauteuils homologués
sont arrimés, enfin plutôt clipsés,
exactement comme une cocotte-minute !
Le système d'arrimage est breveté avec le fauteuil,
c'est d'origine et testé
On appuie sur un bouton,
et Clic, on est arrimé
On appuie de nouveau,
et Clic on est libre.
Quant au bouton il a la taille
d'une pièce de 2 cents d'euro.
On croit rêver ...

Quant aux fauteuils non homologués crashy
on installe un système d'arrimage qui
lui seul est garanti en cas de "blème"
pas le fauteuil.

Donc
on autorise une personne à conduire
avec le risque qu'au moindre petit choc
son fauteuil non homologué pour la conduite
se décroche ou se déforme sous l'effet du choc,
même minime,
et que le conducteur perde le contrôle de son véhicule
...
avec un risque non négligeable pour l'entourage

Je ne rêve plus,
je baigne dans le n'importe quoi !

On continue ?
Allez courage, ce n'est pas fini,

me suis-je dit
au cours de mon voyage au salon Pompafric

A ce stade, imaginons,
allez faite un effort car les élus sont rares,
imaginons que nous ayons le véhicule,
imaginons qu'il soit aménagé,
je ne rentrerai pas dans le détail des aménagements
car ils sont fonction de chaque déficit,
et les prix y sont variables vous le comprendrez
,

et imaginons aussi
que vous avez fait le choix d'un fauteuil,
nous choisirons un fauteuil homologué,
si, si, allez, soyons bon joueur.

A ce stade donc,
vous êtes prêt à conduire un véhicule.
Yes !


Que nenni !
Il faut que VOUS soyez "homologués"
Eh oui, qui dit modification de véhicule,
dit permis spécial à valider,
à passer ou à repasser,
attestant, chose logique pour moi,
que vous êtes aptes, capables,
de conduire le dit véhicule.

Ayant déjà conduit un véhicule aménagé,
cela ne m'a pas surpris outre mesure.
A cette annonce, je me suis dit,
pas de problème, je connais une auto-école,
je suis à Paris, Capitale de la France,
je vais les contacter et leur expliquer
le pourquoi du comment ...

Erreur mon cher ...
dans votre cas on vous envoie
aux alentours de Perpignan
ou à Kerpape ...?!

Hein !
(prenez l'accent Ch'ti, c'est mieux,
ça vient du fond des tripes
)

Et quand je demande plus de précisions de lieux,
personne ne peut me répondre avec précision,
même pas un membre de l'AFM qui m'accompagne.

Donc, pour Perpignan,
vous voyez Perpignan sur une carte, ça y est,
eh bien c'est aux alentours .

Quant à Kerpape, vu l'orthographe,
oui c'est bien en Bretagne. Mais où ?
Bein ... en Bretagne !

Ce n'est qu'arrivé chez moi,
un petit coup de Google,
un grand coup de Gueule aussi,
beaucoup de patience pour trouver,
non encore un peu plus que ça,
le fameux site de Kerpape
(http://www.kerpape.mutualite56.fr/),
dans le Morbihan, près de Lorient,
genre Centre de balnéo, morbide à souhait,
spécialisé en cardiologie,
neurologie, et tutti quanti,
perdu au milieu de rien, pas très loin cependant
du trou du cul de nulle part,
mais rien de rien, non rien de rien
sur des stages d'évaluation
pour des personnes à mobilité réduite
désirant conduire un véhicule adapté.

J'en reste donc là
Juste deux centres en France,
je ne sais pas trop à quoi ils servent d'ailleurs,
ni comment s'organisent ces stages
pour conducteurs en simple recherche
d'AUTONOMIE.

Cela ne ressemble t-il pas à du foutage de gueule ?

Sur notre dos évidemment,
et surtout celui des associations et mécènes,
surtout,
qui disent Amen ...
je serai tenté de dire,
en toutes connaissances de cause.

Pour récapituler, le véhicule aménagé
et tout le toutim,
si vous avez bien tout suivi,
il "tape" pas loin des 100 000 euros minimum


Cela vous choque ? Moi aussi !
Profondément même !
Alors pourquoi personne ne réagit !

17:40 Publié dans Jackpot ! | Lien permanent | Commentaires (0)

21 juin 2008

Il faut "décaisser" (épisode 1)

La grande messe en quelque sorte,
tous les deux ans en général
et c'est à Paris que j'y suis allé ...

Oui, vous avez sans doute deviné,
c'est le fameux salon Autonomic
que l'on attend avec impatience.

Mais qui attend ?
Eux, les Professionnels,
ou nous, le Grand Public ?

"Autonomic" ne prend il pas sa source,
sa racine, son existence,
dans le mot "Autonome",
et par dérivation "Autonomie" ?

Alors pourquoi lorsque je me présente,
moi, dans mon caddie,
accompagné d'une personne valide,
vous savez la personne qui se déplace
avec ses deux jambes bien à elle,
Oui, pourquoi, lorsque je sollicite une info,
c'est de prime abord à la personne valide
que l'on va s'adresser et répondre ...
Comme si handicap moteur et mental ne faisait qu'un !
Comme si le fait d'être en fauteuil
nous rende également incapable d'être nous-même,
tout simplement.
Ou j'étais peut-être trop bas pour que l'on me voit,
enfin je pense, en optimiste aguerri.

Disons que j'ai dû rêver ...
et passons à ce qui me conduit à me gratter aujourd'hui.

En fait j'allais à ce fameux salon,
pour voir, juste pour voir
ce que l'on pouvait trouver comme solution
pour me permettre de me déplacer un peu plus,
et pourquoi pas de (re)conduire un véhicule,
oui, et pourquoi pas, comme conducteur
tout en restant assis dans mon caddie.

Que cela soit possible, ça je le savais,
mais à quelles conditions ???

Et c'est là que ce salon dit "Autonomic"
est devenu clairement pour moi
le salon "Pompafric" !

Et on y revient, Meuh, Meuh,
Vaches à lait que nous sommes.
Cela aussi je le savais,
mais à ce point, j'en ai eu la nausée.

Explications:

Il faut évidemment trouver d'abord un véhicule.
Je laisse de côté l'obtention du permis de conduire,
que je possède déjà depuis 30 ans
et qui nécessitera bien sûr l'ajustement lié
au handicap avec ses accessoires,
mais j'y reviendrai pour un point précis:
l'obtention de l'autorisation de conduire un tel véhicule.

Donc, la voiture en elle-même !
Eh bien, il faut déjà la trouver, celle qui
va me permetre d'entrer avec mon fauteuil à roulettes
et de me glisser sous le volant !

En ne me limitant qu'au véhicule genre Berline,
car le type Espace, voire Master, trop encombrant
ne me permet pas de me garer dans un parking classique,
on en réduit ainsi le choix, et surtout aussi la marque !

Que préférez-vous ? Chrisler ? Mercedes ?
Bah oui, tant qu'à faire ... Renault, Citroen, Peugeot ?
Que nenni, sauf en version Kangoo ou équivalent,
mais pas comme conducteur !!

Donc, qui dit belle marque, dit joli prix,
Elémentaire mon cher ...

Meuh Meuh !
On démarre dans les 25-30000 euros !
Bon d'accord, quand on voit le véhicule,
hormis la marque,
pour avoir testé le modèle Chrisler
(je suis juste entré dedans)
on peut estimer le prix honnête.

Mais voilà !
Un fauteuil, surtout électrique,
c'est grand, c'est haut et pour entrer ...
il faut "décaisser", m'a dit le vendeur !

En clair,
il faut abaisser le bas de caisse du véhicule,

C'est mieux, à défaut de vous prendre les roues dans le tapis,
cela vous évite surtout d'avoir la tête dans le plafond.

On abaisse donc le fameux bas de caisse,
mais
Meuh, meuh !
en première intention
cela ne se fait pas sur un véhicule !


Donc,
vous achetez votre voiture
comme si vous étiez valide,
vous la payez plein pot, si je puis me permettre,
oui madame !,
et le véhicule retourne chez le marchand de rêve,
le même où vous l'avez acheté évidemment,
et le véhicule est donc "décaissé",
parce qu'il est destiné à un non valide,
CQFD (Ce Qu'il Fallait Dire),
mais avant,
et vous le repayez une seconde fois,
car "décaisser" m'a dit le vendeur, c'est très cher,
oui monsieur
.

Alors,
Meuh, meuh ... !

- avant même d'avoir le véhicule,
- avant même d'avoir accessoirisé ce même véhicule,
- avant même d'avoir le bon fauteuil pour y entrer

(sur cela aussi j'y reviendrai)

vous aurez donc payé 2 fois votre voiture !!

et pourquoi 2 fois, simplement comme me l'a dit le vendeur,
"décaisser" une voiture cela coûte très cher,
oui, effectivement, quasiment le prix de la voiture ...

Moi aussi j'ai cru rêver en entendant cela
au fameux salon Pompafric

N'aurait-il pas été plus simple, logique,
d'envisager l'achat d'un véhicule à la base
déjà décaissé en pensant à un certain nombre de personnes,
vous savez ces personnes à mobilité réduite en recherche
d'AU-TO-NO-MIE,
CQFF (Ce Qu'il aurait Fallu Faire) avant,
c'eut été plus simple, non ?

Oui, bien évidemment,
mais "décaisser" comme cela des véhicules,
d'emblée pour les réserver à ces personnes,
et pour revenir à une de mes précédentes notes
qui serait aussi un bon leitmotiv,
cela .. n'est .. pas .. rentable !

Enfin,
pas rentable pour eux de décaisser le véhicule
avant de nous le vendre,
mais par contre plutôt rentable de le retourner en usine
pour décaisser ce qui a été "caissé"
et de nous le vendre une seconde fois ... MEEEEUUUHHHHHHHH !

Je pense qu'après avoir décaissé
il faut savoir encaisser ...
Eux savent et ont compris surtout
où se trouvait le tiroir-caisse
pour qu'associations et mécènes
passent à leur tour à la caisse !


....... il ne suffit pas d'acheter le véhicule,
il faut aussi entrer dedans, avec le bon fauteuil

à Suivre

16:40 Publié dans Jackpot ! | Lien permanent | Commentaires (1)

12 juin 2008

Oh ! Punaise ...

C’est bien la veille d’un pont,
Que fais-tu petit patapon ?
T’auras beau trouver le temps long
Tu vas rester là comme un con.

C’est une très simple punaise
Qui m’a mis un soir sur la braise
Et, veille de premier mai
Férié comme chacun sait,
A de quoi vous indisposer
Et du coup vous laisser clouer.
Quoi de plus anodin qu’un pic
Qui rend votre vie plus épique.
Elle était là à me guetter,
Sa pointe bien haut levée.
Je ne sais où fut l’embuscade
Qui me valu cette estocade.

Mais quoi de plus banal au fond,
C’est une simple crevaison.
Quand cela vous prend pour de bon,
Je vous le dis, n’est pas coton.


Ce pont du joli mois de mai
Se fit cette année aqueduc,
Au bonheur de quelques trou’duc
Qui ne m’ont offert ce muguet,
Symbole dit-on du bonheur,
Oui, je suis encore un rêveur,
M’envoyant plutôt sur les roses
Qu’en pareil moment quelqu’un ose
La tradition déroger,
Et de ce fameux jour chômé
Qu’ils ne puissent en profiter,
Car je les ai tous dérangé
Pour être en ce jour dépanné
et, comme ma roue, m'éclater.

Ressentant comme un abandon
J’ai cru en perdre la raison,
Mais il m’a fallu tenir bon,
Du tunnel, voir la fin du pont.


Mercredi, veille de ce jour
Me valu d’attendre mon tour.
Croyez moi, car je vous le dis,
Nous sommes aujourd’hui lundi
Et je m’attends encore au pire
De chaque minute à venir.
Ainsi, dans votre appartement,
Imaginez-vous un instant
Rêvant de meilleurs lendemains,
Par ailleurs bien incertains,
Mais hélas bien cloué là
Avec, entre autre, un pneu à plat.

Et de tout cela, le meilleur,
D’avoir cinq jours patienté,
Fut d’être vite dépanné
En, top chrono, la demie heure !

Souvent on pense être au plafond
Alors que l’on touche le fond.
A la fête, mais sans flonflon,
Quand sur nous tonne le canon,
Certains n’osant hausser le ton,
Je ne fermerai mon clairon.

23 février 2008

Ce n'est pas rentable !

Je reviens sur un sujet déjà évoqué:
celui de la panne sèche,
le genre Loi de Murphy,
vous savez bien,
la loi de l'emmerdement maximum
qui survient toujours dans ces moments admirables,
moments de grande sollitude
où l'on y est jusqu'au cou,
où l'on recherche un peu d'espace pour souffler
mais que cela continu à vous tomber dessus.

La panne sèche, oui, vous savez
celle qui se produit lorsque l'on ne s'y attend pas,
voire même que l'on ne s'y attend plus
tellement on s'en est pris déjà sur la tête.

Je parle bien sûr de rester planter,
là comme un con,
au milieu d'un trottoir, loin de chez vous de préférence,
assis sur un caddie en rade.
Panne de courant, circuit qui ne fonctionne plus,
Plus de jus quoi !
Cela ne bouge plus, nada !

Ou une simple crevaison, c'est bien aussi
et de rouler avec un pneu à plat
sur un trottoir en pente,
le caddie devenant incontrôlable,
waouh quel pied !

Le comble de cette situation
où l'on se sent vraiment impuissant,
j'aurai bien dit "moins que rien",
face à ce qui nous arrive,
c'est quand les éléments se déchainent,
pluie, averse, vent, voire les deux en même temps,
sale temps pour nous,
et que cela se produit en fin d'après-midi
de préférence vers 18h00 un vendredi ...
Grand, très grand moment que celui-ci,
enfin pour nous, juste pour nous !
Ah ! la bonne vieille Loi de Murphy.

- Que faire Jasper ?
- Du stop mon pôte !
- Que nenni ! Alors ?

- SOS dépannage ?
???
SOS, ça veut dire quoi ?
Dépannage vous avez dit !
- Non mais, vous avez vu l'heure !?
Y'a plus personne à cette heure,
et puis on est vendredi, bein oui,
c'est le week-end, on ne bosse plus.
- Demain alors !?
- Ah non, pas possible, demain,
je suis tout seul à la boutique
et j'ai pas de technicien sous la main.
C'est le week-end, monsieur,
il faut bien que l'on se repose.

Et là, en rêvant, je m'imagine
rentrant chez moi,
ouvrant un placard
pour y ranger, bien plié soigneusement,
mon p... de handicap,
juste le temps du week-end
pour qu'il se repose.


Mais le monsieur me réveille:
- Vous comprenez, je ne peux pas.
Faudra attendre lundi matin, peut-être.
Je verrai avec le technicien,
son planning,
les urgences à régler, et tout çà,
vous savez,
vous n'êtes pas le seul.
Je vous rappelle lundi,
sans faute.
Bon week-end monsieur.

...

- Mouais, c'est ça
Bon week-end ...
Pauv c.. !

Alors là, j'exagère ?
Non hélas !
Cela aussi c'est du vécu
et même encore d'actualité !

Une crevaison cela arrive,
et pour cause,
le Super-Technicien n'a pas imaginé
qu'avec des pneus pleins cela aurait été mieux.
Enfin, si, c'est prévu ...
Mais c'est plus cher, monsieur !

Alors ce sont de vrais pneus,
avec une vraie chambre à air,
une vraie valve qui dépasse bien de la roue,
c'est mieux pour franchir une porte,
surtout quand cela accroche ...,
et tout et tout, enfin presque,
il a oublié de laisser une pompe !
Ne serait-ce que pour gonfler de temps en temps.

... Je me demande parfois ce qui gonfle le plus !
Oui !
... la pompe ou ceux qui nous vendent du vent ?

Et, nous n'avons pas tous un commerçant à proximité
ou un voisin sympa qui va nous dépanner.
Et quand cela est bien crevé, le pneu d'abord
et vous ensuite d'avoir galéré.
Eh bien on appelle notre dépanneur préféré ...

- Ah mais mon brave monsieur, c'est bien embêtant,
je n'ai pas ce modèle en stock,
il faut le commander ...
Cela vient de l'étranger !
Je l'aurai demain ou après-demain.
Bonne journée quand même.
- Mouais, c'est ça,
Bonne journée ... !

Mais que fait l'automobiliste
dans pareil cas,
quand il tombe, lui, en panne ?
Lui, avec ses deux jambes qui marchent ...

Il appelle SOS dépannage !

Car pour lui cela existe !
"SOS" veut dire SecOurS
et "dépannage" signifie
que quelqu'un va venir ... à son secours
- Quelle que soit l'heure !
- Quel que soit le jour, oui,
et même un dimanche !
Ou bien, dans le pire des cas,
il prend un taxi, un bus, un métro,
le RER, le tram, et même un Vélib,
voire même faire du stop mon pôte !

Alors !?
Pourquoi pas nous, me direz-vous ?
Elémentaire mon cher Watson !

- Ce n'est pas RENTABLE !

Voilà ce que l'on me répond,
petit patapon,
lorsque j'interroge l'AFM
et autres associations à l'écoute
de certains de nos tracas quotidiens ...
Quoique ... parfois je doute
d'une écoute attentive sur l'instant,
celui que l'on subit à chaque minute
de notre temps ... présent.

Sans critiquer à boulets rouges
leurs actions d'aide et de Recherche,
et pourtant cela me gratte bien à cet endroit,
il me semble que l'on se préoccupe plus
d'envisager pour nous un avenir meilleur
plutôt que de considérer que notre présent
laisse tragiquement à désirer !

Et je reviens toujours
à la même constatation !

Meuh ! Meuh !
Nous ne sommes que des vaches à lait !

Le côté humain n'est qu'une façade,
de la démagogie à l'état pur,
car nous ne sommes pas lucratif,
le marché n'est pas rentable.
En clair, nous ne sommes pas assez nombreux !
ou, avec un peu d'humour noir,
il n'y a pas assez de décès
pour que l'on s'intéresse à notre cas ...

Cela me rappelle un peu ce que l'on vit,
atteint d'une maladie dite orpheline,
cela non plus n'est pas rentable
pour l'industrie pharmaceutique
de développer des recherches couteuses
pour soigner, guérir ?,
si peu de personnes.

à cogiter !

17:13 Publié dans Jackpot ! | Lien permanent | Commentaires (0)

28 décembre 2007

Sans commentaire !

A défaut d'être en verlan,
Ce qui serait dans l’air du temps,
Je vais vous le dire en vers libres
Pour que sorte ce qui en moi vibre !


Ce blog, ni plus ni moins qu’un défouloir,
Voire même exutoire,
Qui ne vous porte à réagir
Ne ralentira pas ma spire.

Cela pourrait être le constat
De ce blog où, sans bla-bla,
J'exprime ce qui me gêne,
Et, comme une lectrice me l'exprima,
Que chacun ici pense tout bas
Sans oser en montrer de la gène.

Depuis la création de ce blog
Je ne suis perdu dans le fog.
Nombreuses furent les visites
Emanant de différents sites,

Mais je n'ai noté de commentaire ...
- Qui m'inciterai à me taire,
Arguant un je ne sais quoi,
Disant que dans l'œil je me fous le doigt.
- Qui, de leurs voix m'encourageant,
Pas plus d'autres pour autant
Se rallieraient à mon panache blanc
Prêts à mes côtés à montrer les dents.


Sans commentaire ...!

Et pourtant ne vous en déplaise
Je n'aime pas que l'on me biaise,
Et n'hésite à pointer du doigt
Ceux que je mettrai bien en croix.
Ne croyez pas que je radote
Et que tout n'est qu'anecdote ...

Car tout peut être prouvé,
Montré et démontré
A qui voudra s'arrêter
Et la vérité en face regarder
.

Que nous est-il donc laissé
A nous, êtres désemparés,
Devant telle adversité
Qu'est ce mal en nous incrusté,
Que celui de la fermer,
N'osant revendiquer
Telle une bête acculée,
Enlisée dans sa timidité ?
Peur de ne plus être toléré ?
Peur de ne plus être regardé ?
Peur de ne plus être accepté
Dans notre belle société ?
Encore moins d’être écouté
Nous pauvres hères inadaptés !


Terrible est notre effort
Pour cette image effacer
Au travers de notre humilité
Et ne montrer notre sort

Qui ne laisse transpirer
Notre statut d'handicapé,
Même si on aimerait revendiquer
Un violent sentiment de fierté,
Faisant fi des regards
Qui ponctuent chaque jour nos cauchemars.

Sans commentaire ...!

Même de ceux qui nous côtoient
Et qui nous montrent leur foi,
Mais qui ne perçoivent notre univers
Comme différent du leur sur cette terre,
Qui ne perçoivent cette différence
Qui nous laisse bien en souffrance
Car toute leur existence
Se déroule comme une évidence,
Sans chercher à réfléchir
Ce qui va les faire infléchir,
A poser un pied ici plutôt que là,
A lever le bras comme ci et non comme ça.

Car si notre esprit est bien présent
Lançant à tout va une commande,
Notre moteur lui est absent
Et se refuse à toute demande.
Que nous est-il permis de faire ?
Sûrement pas celui de se taire,
Encore moins de se laisser faire,
Que sur notre dos ils fassent affaire.


Qu’y a-t-il de plus laid
De n’être que vaches à lait,
- Que sur le compte de notre faiblesse
Ils en tirent quelques richesses,
- Que faute de concurrence
Ils se remplissent la panse ...

Et que l’on en paie la dépense
Sans que cela personne n’offense !

17:16 Publié dans Jackpot ! | Lien permanent | Commentaires (5)

22 décembre 2007

Meuh Meuh !

Vache-à-lait !

On dit toujours que les Pharmacies sont chères
surtout pour les fameux produits
dits de confort ...


Enfin, ceux
- qui aux yeux des autres
apparaîssent comme tels,

- qui pour nous, rivés, cloués, attachés ...
dans notre caddie toute la journée
n'apparaîssent que comme
une simple et evidente nécessité,

non ?


Oui, je sais,
nous n'avons sans aucun doute,
pas les mêmes valeurs !

Donc ces fameux produits
sont plus chers en Pharmacie,
comme par exemple les protections
qui pourraient coûter,
c'est le cas de le dire,
la "peau des fesses" !

Pour nous donc,
coincés dans nos fauteuils à roulettes
on pourrait penser que dans des magasins,
spécialistes du handicap
on pourrait trouver le même article
mais à un tarif qui tiendrait compte logiquement
de cette nécessité qui est la notre


Oui, on pourrait ...
pour ne pas dire on devrait !


Dans ma pharmacie de proximité,
qui est bien une pharmacie
et non une parapharmacie,
le dit article,
qui apparait chez ce commerçant
comme un produit de confort

est vendu 17,90 euros


Le même article,
chez un magasin spécialiste du handicap,
donc sensibilisé au problème,
chez qui ce produit devrait apparaître
comme un produit de nécessité
,
est vendu 24 euros !


Les deux commerçants
sont situés à quelques rues l'un de l'autre
et je suppose que sur la somme proposée
le Pharmacien se fait une marge bénéficiaire,
logique,

Que dire de celle de l'autre boutique
presque 7 euros plus honéreuse,
soit presque 50 francs de plus !!!


Meuh, Meuh
Vaches à lait que nous sommes !

13:45 Publié dans Jackpot ! | Lien permanent | Commentaires (0)